2014 serait-elle l’année pour acheter ?

En ce début d’année les taux restent stables, au même niveau que l’année dernière. La politique de la Banque Centrale Européenne contribue à leur attractivité. Selon L’Expansion.com avec l’Agence France Presse dans un article publié le 06/02/2014 « La Banque centrale européenne (BCE) a maintenu son principal taux d’intérêt directeur inchangé jeudi, au niveau historiquement bas de 0,25% ». L’inflation étant à un niveau particulièrement faible, les taux devraient donc rester avantageux à court et à moyen terme.

Les taux fixes moyens proposés en février sont de 3,20 % sur 15 ans, 3,45 % sur 20 ans et 3,90 % sur 25 ans.
Ces conditions d’emprunts couplées aux baisses des prix de l’immobilier enregistrées dans la quasi-totalité des régions (à l’exception de quelques grandes villes), le pouvoir d’achat immobilier des ménages n’a pas été aussi important depuis de nombreuses années.

Même si la baisse des prix de l’immobilier se poursuit les taux de financement pourraient bien quant à eux remonter en cours d’année… Faites le calcul, il faut penser au coût du projet dans son ensemble pas uniquement le prix d’acquisition du logement.

Prenons un exemple simple, le bien revient à 200 000 euros aujourd’hui vous financez les frais annexes par de l’apport personnel :
– Avec un taux d’intérêt à 3,45 % sur 20 ans, le coût total du crédit revient à 77 148,98 euros hors assurances ;
Admettons maintenant que vous attendiez une baisse des prix de 3 %, votre gain sera alors de 6 000 euros mais vous aurez le surcoût lié à l’augmentation des taux :
– Avec un taux d’intérêt à 3,90 % sur 20 ans, le coût total du crédit revient à 88 357,42 euros hors assurances ;
Soit 11 208,44 euros que précédemment, ce qui revient à une perte de 5 208,44 euros (11 208,44 – 6 000) sur 20 ans.

Actualités

 

Les commentaires sont actuellement fermés.